Ordinateurs

Ubuntu : Réveillez-vous et sentez l’Unité contre vous – High-teK.ca

Au cours des derniers mois, Ubuntu semble avoir connu une sérieuse baisse de popularité. On peut dire que les distributions Linux montent et descendent lorsque quelque chose de nouveau devient le plus récent et le plus grand, mais ce revirement semble soudain et pourrait être dû à des changements de conception récents de la part de Canonical.

Canonical a basculé Ubuntu sur l’interface utilisateur Unity, et une corrélation semble s’être produite entre cela et une baisse de ses chiffres d’utilisation. Royal Pingdom a récemment compilé des données de DistroWatch ce qui semble confirmer ce que beaucoup ont dit sur la popularité d’Ubuntu : le nombre de visites sur la page Ubuntu de DistroWatch a baissé de 47 % au cours des 30 derniers jours, alors que Mint a augmenté de 105 %. Notez que les statistiques sont basées sur la quantité normale de trafic pour 2010, et que DistroWatch lui-même a doublé de taille cette année. Cela signifie que, dans l’ensemble, il y a eu une baisse du nombre d’utilisateurs à la recherche d’Ubuntu Linux, ainsi qu’une augmentation considérable du nombre d’utilisateurs à la recherche de Menthe Linux.

Bien sûr, cela ne signifie pas nécessairement que les installations d’Ubuntu sont en baisse de 47%, juste que les visites sur la page Ubuntu de DistroWatch ont considérablement diminué. Cela est particulièrement vrai par rapport à Mint, qui est décidément en plein essor. D’autres sources de données (Google Trends inclus) semblent également montrer une baisse de la popularité d’Ubuntu, atteignant un pic au moment de l’annonce de Unity fonctionnant sur Ubuntu 11.04 (qui a été mis en ligne en avril dernier).

Psssssst :  Bombe manufacturière : AMD annule les APU 28 nm et repart de zéro chez TSMC - High-teK.ca

Qu’est-ce qui pourrait causer ce déclin? Les mesures de la façon dont DistroWatch enregistre les visites du site peuvent avoir quelque chose à voir avec la réponse, mais elles ne peuvent pas tout concorder. Ubuntu a navigué loin de la communauté générale de Linux pendant un certain temps, et des échanges fous avec des utilisateurs et développeurs de longue date, qui font ressembler Mark Shuttleworth, le chef d’Ubuntu, à un dirigeant à la poigne de fer qui ne permet aucune discussion quant à la direction que prend Ubuntu, n’aide pas. Il dit dans ce rapport de bogue, entre autres, si vous n’aimez pas le chemin d’Ubuntu, « alors ne l’utilisez pas ». C’est un problème brûlant, et il semble évident que Shuttleworth pousse Ubuntu de cette façon et écrase au moins quelques critiques.

Au récent Semaine portes ouvertes d’UbuntuShuttleworth détourné la conversation (il est « sabdfl ») du conflit qui se passe au sein de la communauté et a poussé un programme assez prospectif d’Ubuntu sur les appareils mobiles. Interrogé spécifiquement sur la popularité décroissante d’Ubuntu, il a écrit « félicitations à la menthe pour le saut dans les notes, je suis content qu’Ubuntu ait d’excellents dérivés, et je suis convaincu que l’unité restera le meilleur environnement de bureau pour les années à venir. » Courtois, mais ne répondant pas exactement au problème.

La question à un million de dollars est, bien sûr, de savoir si Unity est vraiment l’environnement de bureau numéro un pour Linux en ce moment, avec l’ascension fulgurante de Mint. Mais pour les besoins de cette histoire, une question plus importante doit être soulevée.

Pourquoi Unité? Pourquoi pousser la communauté des développeurs ?

Psssssst :  Les brevets fonctionnent-ils toujours dans le paysage technologique en évolution rapide d'aujourd'hui ? - ExtrêmeTech

Il a déjà été dit que « Linux est Linux est Linux » et la seule différence entre eux était l’environnement de bureau et la saveur de l’outil de packaging logiciel. L’espace de bureau dans le sillage de Windows et d’OS X étant un endroit impitoyable pour essayer de réaliser un profit, se distinguer de la meute est bon pour les affaires. Cela étant dit, l’impulsion de Canonical à faire d’Ubuntu un concurrent dans l’espace mobile fait des revenus un pivot plus probable du changement. Il ressort clairement des divers commentaires et journaux que, du moins en apparence, Canonical est satisfait à 100% de Unity et croit aux changements qui font qu’Ubuntu a l’air et se sent différent de la poignée d’autres distributions Linux qui existent.

De plus, la diffusion d’une distribution mobile débloquerait, en théorie, une source de revenus provenant des licences et de l’assistance que Canonical pourrait sûrement utiliser. Avec le mot dans la rue étant le disparition imminente du bureau en raison de la montée en puissance de la tablette, Canonical est peut-être en train de se réinventer pour affronter une tempête qui va changer l’industrie. Si tel est le cas, cependant, il existe peut-être de meilleures façons d’aborder un tel changement et des méthodes plus coopératives pour l’intégrer.

Et si Shuttleworth était sur le point de faire échouer Ubuntu tout en scrutant l’horizon pour la prochaine grande chose ? Est-ce que Canonical, sa base d’utilisateurs et sa communauté de développement sont suffisamment solides pour mener à bien la distribution sur ces eaux troubles ?

Psssssst :  Le convertible Windows 8 Ativ de Samsung déforme grossièrement le stockage disponible

Bouton retour en haut de la page