Ordinateurs

Mozilla ne se soucie pas des installations de Firefox en entreprise, et c’est très bien – High-teK.ca

Ce site peut gagner des commissions d’affiliation à partir des liens sur cette page. Conditions d’utilisation.

Lorsque Google Chrome les numéros de version ont commencé à défiler comme des chiffres sur le compteur journalier d’une voiture, plus que quelques sourcils ont été levés. Une nouvelle version stable toutes les six semaines ? Folie… surtout si Google voulait vraiment faire des progrès dans l’entreprise, où les administrateurs se hérissent généralement à l’idée de déployer des logiciels mis à jour à un rythme aussi rapide. Déployer correctement un logiciel est un peu un art, après tout. Et tout comme une nature morte bien peinte, vous ne pouvez pas précipiter un déploiement.

Mozilla, aussi, a sauté sur le train de libération rapide. Un peu plus de trois mois après l’arrivée de Firefox 4 — et moins de deux mois après la mise à jour 4.01 — Firefox 5 est arrivé.

Quel est le problème ? Pour la plupart Firefox utilisateurs, les mises à niveau majeures de version signifient généralement une rupture de module complémentaire pendant que les développeurs rattrapent leur retard. Pour les administrateurs, cependant, c’est un peu plus compliqué.

Toute casse ou modification qui modifie le comportement des applications Web peut causer de sérieux maux de tête, et évaluer si une nouvelle version est sans problème et prête à être déployée prend du temps. Les mises à jour incrémentielles et les correctifs de sécurité sont plus faciles à gérer et nécessitent moins de tests exhaustifs avant de pouvoir être distribués aux utilisateurs finaux. Ces patchs ne font plus partie de l’image non plus. Chaque nouvelle version de Firefox à partir de 5 marque la fin de vie de son prédécesseur.

Psssssst :  En un coup d'œil : Examen du Samsung Portable SSD T7 Touch - High-teK.ca

Alors que les professionnels de l’informatique aiment Mike Kaply se rongent les ongles, Asa Dotzler de Mozilla dit qu’ils ne devraient pas s’attendre à ce que Mozilla partage leur inquiétude. Dotzler déclare que Mozilla se concentre sur les plus de 2 millions de téléchargements grand public de Firefox, et non sur le nombre relativement faible d’installations d’entreprise.

Mozilla se tire-t-il une balle dans le pied de l’entreprise ? Peut-être, mais ce n’est pas grave.

Considérez que la plus grande victoire d’entreprise de Mozilla ces derniers temps a été la migration d’IBM en 2010 – où elle a gagné environ 400 000 nouveaux utilisateurs. À l’époque, Firefox comptait 400 millions d’utilisateurs au total, ce qui fait de ce changement « massif » à peine 0,1 % de la base d’utilisateurs totale de Mozilla. Un problème bien plus important que l’adoption par les entreprises est d’endiguer la vague de défections vers Google Chrome. L’ascension fulgurante de Chrome a régulièrement rongé la part de Firefox, et pour contrer ce changement, Mozilla doit itérer rapidement et répondre aux changements du Web et des produits concurrents dès que possible.

Et n’oublions pas que la mission déclarée de Mozilla est de « promouvoir l’ouverture, l’innovation et les opportunités sur le Web ». C’est une organisation à but non lucratif, contrairement à ses concurrents, et à peu près le seul développeur de navigateur que vous trouverez qui offre un manifeste à part entière. La philosophie et l’idéalisme comptent vraiment chez Mozilla – encore plus que les revenus et peut-être la part de marché – et il n’y a rien de mal à choisir de ne pas se soucier de l’utilisation en entreprise.

Psssssst :  Les secrets de Nvidia Maxwell, l'efficacité énergétique Pascal révélée lors de tests ciblés

Bouton retour en haut de la page