Ordinateurs

Le M1 d’Apple écrase Windows sur ARM dans les benchmarks 64 bits

Ce site peut gagner des commissions d’affiliation à partir des liens sur cette page. Conditions d’utilisation.

Maintenant que la couche d’émulation Windows sur ARM de Microsoft peut également exécuter du code x86 64 bits, il y aura inévitablement des questions sur sa comparaison avec l’Apple M1. La plate-forme 8cx de Qualcomm et son rafraîchissement minimal plus tôt cet automne n’ont jamais été réputés pour leur vitesse – ces puces ont été vendues sur la base d’une excellente autonomie de la batterie, et non de performances pures.

Même cela dit, le M1 mange Windows sur des ordinateurs portables alimentés par ARM pour le petit-déjeuner. C’est la conclusion PCWorld atteint après avoir comparé le Snapdragon 8cx au M1, avec une machine Core i5 (4C/8T, base 1 GHz, boost 3,6 GHz) ajoutée pour faire bonne mesure. Le passage aux applications 64 bits sur Windows ne semble rien faire pour les performances globales du 8cx.

Il faut dire que ce n’est pas particulièrement surprenant, mais cela met en évidence la faiblesse critique de l’écosystème naissant de Windows sur ARM. Qualcomm a essentiellement mis à jour son SoC cette année, et bien qu’il y ait eu techniquement un rafraîchissement pour des appareils comme le Surface Pro X, les performances sont pratiquement identiques. Il n’y a pas eu de mise à jour architecturale.

Les premiers benchmarks doivent, comme toujours, être pris avec des grains de sel, mais la Surface Pro X est une quantité assez connue à ce stade, et ses performances sont déjà connues pour être inférieures à x86. Et l’un des problèmes avec lesquels Windows sur ARM est aux prises, bien qu’il existe depuis plusieurs années à ce stade, est qu’il a moins d’applications natives. Cinebench R23, par exemple, a des chemins de code natifs Apple M1, mais rien d’équivalent pour la Surface Pro X. Cela signifie que nous comparons efficacement les performances natives sur M1 avec les performances x86 émulées via Windows sur ARM.

Image par PCWorld.

Le Core i5 et le SQ1 perdent tous les deux ici, mais le Core i5 gère 39 % des performances du M1 en multithread, tandis que le SQ1 gère environ 23 % du M1 dans les deux. Les choses ne s’améliorent pas dans Handbrake :

Image par PC World.

Il y a des résultats pour le M1 dans Handbrake 1.4.0 en utilisant videotoolbox ainsi que H.265. Les systèmes x86 ont été testés avec la dernière version de la plate-forme, 1.3.3. Le M1 est 2,87 fois plus rapide que l’Intel Core i5, mais le i5 est plus de 2 fois plus rapide que le SQ1.

Psssssst :  ASRock Goes Rogue, ajoute la prise en charge des processeurs Ryzen 5000 au chipset X370

J’ai déjà dit que Windows sur ARM pourrait devenir plus important si les puces ARM s’avéraient avoir des avantages durables par rapport à x86, mais ces résultats montrent à quel point l’écart est caverneux. Il est vrai que le SQ1 exécute du code émulé ici, alors que le M1 ne l’est pas, mais cela n’a guère d’importance. Si vous regardez le SQ1 et améliorez mentalement ses scores de 1,5x, il est encore loin des performances du M1 ou du x86.

En bref, Microsoft a besoin d’un développeur de matériel ARM prêt à investir dans l’amélioration de sa plate-forme à un rythme régulier avec de réelles avancées en termes de performances. Outre Qualcomm, les trois principaux acteurs potentiels seraient Nvidia, AMD et Samsung. Samsung a arrêté son effort de processeur local, de sorte qu’ils semblent hors de course. AMD a construit des puces ARM relativement récemment, mais il n’a montré aucun intérêt à détourner l’attention de Ryzen et à concurrencer ses propres processeurs x86. Cela laisse Qualcomm et Nvidia. Qualcomm pourrait lancer un véritable successeur du 8cx cette année, et probablement augmenter les performances mono-thread de 1,4x ou plus, puisque le processeur serait au moins deux générations plus avancé.

À l’heure actuelle, Qualcomm semble être la meilleure option pour un produit compétitif, mais je ne suis pas convaincu que nous devrions compter sur l’idée d’un futur système Windows sur ARM alimenté par du matériel Nvidia. Je n’ai absolument aucune information privilégiée à l’appui, mais Nvidia est une entreprise compétitive qui avait de véritables projets pour elle-même sur le bureau, il était une fois. Le nom de l’entreprise dérive littéralement de la déesse romaine de l’envie, Invidia. Si les processeurs ARM prennent les devants d’une manière qu’Intel et AMD sont incapables de répondre – et oui, c’est un très gros « si » – je peux voir Nvidia jeter son chapeau dans l’anneau métaphorique.

Psssssst :  Problème TPM : quels passionnés de PC sont autorisés à effectuer une mise à niveau vers Windows 11 ? - ExtrêmeTech

Quoi qu’il en soit, les tests de PCWorld montrent clairement que nous sommes loin de tout ordinateur portable Windows sur ARM pouvant rivaliser avec l’Apple M1.

Maintenant lis:

Bouton retour en haut de la page