Mobile

La Cour suprême décide que la police a besoin d’un mandat pour suivre votre téléphone

Ce site peut gagner des commissions d’affiliation à partir des liens sur cette page. Conditions d’utilisation.

La Cour suprême des États-Unis s’est rangée du côté des consommateurs pour étendre les droits à la vie privée numérique dans une affaire étroitement surveillée autour des données de localisation. Dans la décision 5-4, le tribunal a statué que la police doit obtenir un mandat de perquisition valide avant d’obtenir des données de localisation sur un suspect auprès d’opérateurs cellulaires. Ainsi, vous avez une certaine attente de confidentialité lorsque vous utilisez votre téléphone, malgré les objections des forces de l’ordre.

L’affaire a été portée par Timothy Carpenter, un homme du Michigan, qui a été reconnu coupable d’une série de vols qualifiés dans les magasins Radio Shack et T-Mobile. Les agents du FBI ont obtenu plusieurs mois de données de localisation de l’opérateur cellulaire de Carpenter, prouvant ainsi qu’il se trouvait à proximité de tous les vols. Cet élément de preuve était essentiel à sa condamnation, mais les avocats de Carpenter ont fait appel au motif que les forces de l’ordre n’avaient pas obtenu de mandat pour les données de localisation. En conséquence, ils ont fait valoir que les preuves et la condamnation devaient être rejetées.

Les tribunaux inférieurs ont statué contre Carpenter, mais le Cour suprême ont constaté que les forces de l’ordre avaient besoin d’un mandat pour accéder aux informations de localisation mobile. Le juge en chef John Roberts s’est rangé du côté des quatre juges de gauche de la cour pour assurer la intimité gagner. Dans son opinion majoritaire, Roberts suggère que les téléphones portables sont devenus presque une « caractéristique de l’anatomie humaine ». Votre téléphone va partout où vous allez, donc fournir un accès illimité aux données de localisation de ce téléphone à la police est une violation des protections du quatrième amendement. Ce ne serait pas différent d’attacher un moniteur de cheville au suspect.

La base des décisions antérieures était une affaire de la Cour suprême vieille de 38 ans qui a conclu que les gens ne s’attendaient pas raisonnablement à ce que leurs enregistrements d’appels téléphoniques soient gardés confidentiels parce qu’ils étaient conservés à des fins de facturation. Cette même logique pourrait-elle s’appliquer à votre emplacement ? Le ministère de la Justice a fait valoir dans cette affaire que vos informations de localisation ne sont pas privées car votre opérateur les collecte déjà. Les données de localisation au niveau du réseau ne sont pas aussi précises que le GPS, mais il est nécessaire que l’opérateur s’assure que vous êtes connecté à la bonne tour pour passer des appels et accéder aux données.

Les tribunaux inférieurs ont accepté la justification du ministère de la Justice, mais la Cour suprême a eu le dernier mot. La police devra désormais obtenir un mandat avant d’obtenir les données de localisation de votre opérateur de téléphonie mobile. Le tribunal a également statué ces dernières années que la police avait besoin d’un mandat pour fouiller votre téléphone ou attacher un dispositif de repérage GPS à votre véhicule. Si vous vous inquiétez pour la confidentialité, les choses évoluent dans la bonne direction.

Psssssst :  Samsung dévoilera la famille S21 à Unpacked le 14 janvier

Maintenant lis: 20 meilleurs conseils de confidentialité

Bouton retour en haut de la page