Ordinateurs

IBM Watson va combattre les trolls de brevets – High-teK.ca

Ce site peut gagner des commissions d’affiliation à partir des liens sur cette page. Conditions d’utilisation.

Watson d’IBM est composé de plusieurs éléments : reconnaissance vocale, traitement du langage naturel, apprentissage automatique et exploration de données. Tous ces facteurs ont été parfaitement combinés pour battre Ken Jennings dans Jeopardy, et maintenant chacun de ces composants trouve lentement sa place dans d’autres applications. La société de plans de santé WellPoint, par exemple, utilise Watson pour enquêter sur les dossiers des patients afin d’améliorer le diagnostic, et dans une auto-référence, torsion peut-être destructrice de l’univers, IBM lui-même utilise Watson pour aider à vendre Watson (et d’autres produits IBM) à d’autres entreprises. Maintenant, en utilisant les talents d’exploration de données et de langage naturel de Watson, IBM a créé la plate-forme stratégique IP Insight, ou SIIP, un outil qui va révolutionner la médecine – et peut-être aussi la pêche à la traîne des brevets.

SIIP est chargé de scanner des millions de brevets pharmaceutiques et de revues biomédicales pour découvrir, analyser et enregistrer toute information relative à la découverte de médicaments. SIIP recherche les noms des composés chimiques, les diagrammes associés, l’entreprise et le scientifique qui ont inventé et travaille avec les composés, ainsi que tous les mots associés. Jusqu’à présent, IBM a extrait 2,5 millions de composés chimiques de 4,7 millions de brevets et de 11 millions de revues entre 1976 et 2000. À partir de ce vaste pool d’informations, IBM applique des analyses pour créer une base de données vraiment terrifiante qui peut améliorer la productivité de la R&D, sécuriser la veille concurrentielle que d’autres les entreprises pourraient ne pas avoir, identifier des cibles d’acquisition ou des collaborateurs potentiels, et plus encore.

Psssssst :  Luminar 3 donne à Lightroom une course pour votre argent

IBM WatsonÀ court terme, cependant, IBM a fait don de sa base de données de 2,5 millions de composés à la « chimie ouverte » Instituts nationaux de la santé. Ces informations seront doublement utiles car de nombreux composés proviennent de brevets plus anciens qui ont expiré, ce qui signifie que les instituts scientifiques du monde entier ont désormais un accès sans précédent à des données qui étaient auparavant très difficiles (ou coûteuses) à obtenir. Il y a une vidéo décrivant la contribution de SIIP et d’IBM au NIH à la fin de l’histoire.

Mais pourquoi s’arrêter là ? Et si la prochaine étape consistait à former un cousin d’IBM Watson à analyser tout type de brevet pour des informations utiles ?

Les brevets, en théorie, concernent partager de nouvelles idées et découvertes en échange de protection. C’est cet idéal utopique de se tenir sur les épaules de géants ; un individu entreprenant devrait pouvoir créer une entreprise basée sur le travail de ses ancêtres, puis créer ou découvrir sa propre invention nouvelle pour perpétuer le cycle. En réalité, c’est impossible en raison du temps, de l’argent et des efforts nécessaires pour parcourir des milliers ou des millions de brevets et de revues. Watson pourrait changer tout cela.

Ensuite, il y a la lutte contre les trolls des brevets. SIIP consiste presque entièrement à analyser l’état des lieux et à produire des analyses exploitables. Si un troll de brevets malveillant cible votre entreprise, SIIP pourrait vous aider à trouver l’art antérieur, ou peut-être à conclure un accord de licence de protection avec un géant de la propriété intellectuelle comme IBM. D’un autre côté, cependant, cette arme puissante pourrait être utilisée pour les forces du mal : SIIP pourrait également aider les trolls de brevets à trouver des entreprises suffisamment faibles pour être contraintes à un procès ou à un accord de licence.

Psssssst :  Raspberry Pi ouvre son premier magasin de détail officiel - High-teK.ca

Quoi qu’il en soit, avec la marche inexorable des mégadonnées et la flopée apparemment sans fin de brevets frivoles, de logiciels ou autres, il était vraiment temps que quelqu’un tente de donner un sens au bourbier de la propriété intellectuelle. Avec près de 6 000 brevets déposés en 2010, soit 25 % de plus que la concurrence la plus proche (Samsung), et près de 50 000 brevets au total – le plus de toutes les entreprises au monde – qui de mieux placé pour résoudre le problème que Big Blue ?

En savoir plus sur SIIP

Bouton retour en haut de la page