Sécurité

Google et la mort des bêta-tests – High-teK.ca

Ce site peut gagner des commissions d’affiliation à partir des liens sur cette page. Conditions d’utilisation.

Au cours de la semaine dernière, il n’y a pas eu un, mais deux exploits qui pourraient donner à un individu malveillant l’accès à votre application de paiement mobile Google Wallet sur Android. Alors que le premier est un piratage racine uniquement que Google ne pouvait pas vraiment planifier, le second affecte tous les utilisateurs d’Android et est simple à faire. Google vient de mettre au point un correctif, mais a été contraint de désactiver les nouvelles cartes prépayées pendant son développement. Alors, comment Google a-t-il mis ce service à la disposition du grand public sans détecter ces défauts ? Il pourrait en fait s’agir d’un problème institutionnel lié à la manière dont Google livre et teste ses produits.

Dans un monde post-Google, « bêta » ne veut plus dire ce qu’il voulait dire. Une version bêta de Google est un produit presque fini, et le géant de la recherche permet à beaucoup de gens de l’utiliser. C’est super, non ? Eh bien, c’est lorsque le produit est quelque chose comme Google Voice ou Gmail. Lorsque Google trébuche, cependant, il trébuche gros, et portefeuille Google n’est que l’exemple le plus récent de Google proposant un produit inachevé et non testé aux utilisateurs.

Google Wave était une idée massivement ambitieuse dont les Googleurs à l’intérieur étaient apparemment très enthousiastes. Des multitudes d’utilisateurs ont été invités à participer à la version bêta, et finalement elle a été ouverte à tous. L’interface compliquée et les bogues graves de Wave ont été sa perte car les utilisateurs n’ont pas réussi à l’adopter.

Psssssst :  La NSA et le GCHQ ont cassé le cryptage Internet et créé des portes dérobées que n'importe qui pourrait utiliser

Confidentialité de Google BuzzAlors que Wave n’était qu’un ennui à se faire pardonner, Google Buzz a montré une incompréhension troublante de la part de Mountain View. Buzz a été déployé auprès de tous les utilisateurs de Gmail sans suffisamment de tests ni de commentaires de la part de personnes ordinaires. Bien sûr, les Googleurs ont adoré, mais tout ce que les gens ordinaires ont eu, c’est une invasion inquiétante de la vie privée qui a exposé les listes de contacts Gmail. Pour beaucoup d’entre nous, une liste de contacts par e-mail est sacro-sainte et ne devrait jamais être rendue publique. Malgré une solution rapide, Buzz n’a jamais pu se remettre de cette marque noire.

Il y avait beaucoup de battage médiatique autour de Google TV avant le lancement, mais les appareils étaient trop chers et le logiciel loin d’être terminé. Quiconque a acheté une Logitech Revue à 300 $ n’était en réalité qu’un cobaye pour Google. Ce n’est que près d’un an plus tard que le logiciel a été mis à jour et que des fonctionnalités vitales ont été ajoutées. La deuxième génération appareils auraient dû être les premiers vendus aux consommateurs. Google TV est un autre produit qui aurait dû être laissé au four plus longtemps avant d’être vendu au grand public.

Même Android, qui a connu un certain succès, est sorti trop tôt. Les premiers téléphones Android étaient presque inutilisables avec une faible autonomie de la batterie et des bugs importants. Les consommateurs ont acheté ces appareils dans l’attente d’un produit fini, mais ils ont obtenu une version bêta sans l’étiquette. Même le responsable Android de Google, Andy Rubin, l’a dit lorsqu’il a appelé Android 1.0 plus d’un « 0,8 » au mieux.

Psssssst :  La loi E-PARASITES vise à ronger les libertés sur Internet - High-teK.ca

Il n’y a tout simplement pas de véritable bêta chez Google. Un produit est soit testé en interne par des Googleurs, soit diffusé à un grand nombre d’utilisateurs. C’est très bien lorsque vous souhaitez obtenir un accès immédiat à un nouveau service génial, mais lorsque ce service divulgue vos contacts de messagerie ou permet à des escrocs d’accéder à vos cartes de crédit prépayées, c’est un désastre. Dans le sillage des piratages de Google Wallet, il est peut-être temps de renoncer à démocratiser la version bêta et de donner à ces expériences (qu’elles soient étiquetées comme bêta ou non) le temps de mûrir avant de les imposer aux utilisateurs réguliers.

Lire la suite sur Ars Technica

Bouton retour en haut de la page