Ordinateurs

Firefox fera-t-il obstacle au cloud ? – ExtrêmeTech

Ce site peut gagner des commissions d’affiliation à partir des liens sur cette page. Conditions d’utilisation.

Avec de plus en plus de nos activités quotidiennes se déplaçant vers le cloud, on pourrait penser que Mozilla – comme Google – serait aux anges. Le navigateur est le portail par lequel l’ensemble du Web est expérimenté, après tout. En réalité, l’informatique basée sur le cloud représente un sérieux conflit avec l’objectif principal de Mozilla. Pour reprendre les mots de Mitchell Baker, président et Chief Lizard Wrangler, la mission de Mozilla est de « construire la souveraineté des utilisateurs dans le tissu d’Internet ». La souveraineté de l’utilisateur signifie que vous contrôlez totalement l’expérience de navigation – cela signifie que tu êtes sur la sellette en ce qui concerne la quantité d’informations que vous partagez et avec qui. La souveraineté de l’utilisateur signifie littéralement que le consommateur est roi et ne doit jamais être redevable à un autre utilisateur ou à une société sur le Web.

Vous pouvez voir à quel point cela ne cadre pas vraiment avec l’aspect centralisé, toutes vos données nous appartiennent, de l’utilisation Web moderne. Dans la vision du monde de Mozilla, la seule personne ou entité qui devrait connaître votre historique de navigation est tu. En réalité, vous êtes surveillé par des cookies de suivi presque partout sur le Web, puis vos habitudes de navigation sont vendues au plus offrant. Dans la vision du monde de Mozilla, les données sensibles et importantes ne résideraient que sur votre ordinateur. En réalité, nous stockons des documents personnels avec des entreprises comme Dropbox. Non seulement le service de sauvegarde en ligne peut tout simplement disparaître du jour au lendemain, mais la plupart de ces sociétés sont basées aux États-Unis et peuvent donc être contraintes de coopérer avec le FBI ou d’autres organismes chargés de l’application de la loi.

Psssssst :  AMD annonce un retard de Mantle alors que BF4 combat les bogues

Partage FirefoxEn fin de compte, Mozilla souhaite que les internautes utilisent Firefox au lieu des services cloud. À l’heure actuelle, la seule caractéristique qui rend cette intention claire est Synchronisation Firefox, qui évite instantanément les services Web tiers tels que Xmarks. Au cours de la dernière année, cependant, Mozilla a travaillé sur une multitude de fonctionnalités qui réduiront la quantité de données que vous pompez (souvent involontairement) dans le cloud. Contacts apportera votre carnet d’adresses dans Firefox. Pour que vous n’ayez pas à utiliser des pages d’accueil Web comme iGoogle, Mozilla apporte cette fonctionnalité à Firefox avec des pages d’accueil personnalisées et de nouveaux onglets, afin que vos habitudes de navigation n’aient jamais à quitter le navigateur. Au lieu de widgets de partage épouvantables qui affligent chaque site sur le Web, Mozilla fera du partage une partie intégrante de l’interface utilisateur du navigateur avec Partage Firefox — non seulement c’est plus facile, mais cela empêche de nombreux intermédiaires de suivre et de vendre vos données.

Allant encore plus loin, Mozilla travaille maintenant sur API Web — une interface de programmation qui permet effectivement à Firefox de communiquer directement avec le matériel connecté à votre ordinateur. Tout comme les offres de Mozilla dans le navigateur réduiront votre dépendance à l’égard des mégacorps commerciaux, WebAPI espère faire de même du côté matériel. Le résultat final de WebAPI est Botte 2 Gecko (B2G), un système d’exploitation basé sur Android qui démarre un ordinateur directement dans Firefox – de la même manière que Le système d’exploitation Chrome de Googlemais encore une fois en conservant la souveraineté de l’utilisateur.

Psssssst :  Tour d'horizon de l'examen des ordinateurs portables AMD Surface de Microsoft : performances élevées, durée de vie de la batterie moyenne

La divergence est dangereuse

Ordinateur portable FirefoxIl y a cependant des obstacles à surmonter. L’approche de Mozilla est presque complètement différente de celle de Microsoft et de Google. C’est étrange : les trois navigateurs (et leur progéniture mobile) ont passé les deux dernières années à se taper dessus avec HTML5 prise en charge, performances JavaScript et accélération matérielle – et pour la plupart, Firefox, Internet Explorer et Chrome sont tous si similaires qu’ils ne sont séparés que par une poignée de modules complémentaires, de préférences personnelles et de fidélité des utilisateurs.

Au cours de la prochaine année, cependant, les navigateurs vont diverger et se différencier. Mozilla dérivera vers une approche plus riche, plus intégrée et axée sur l’utilisateur. Google n’a pas d’autre choix que d’adopter des services Big Data basés sur le Web et orientés cloud et d’éviter les fonctionnalités du navigateur. Quelque part au milieu se trouve Microsoft, qui ne peut pas se permettre d’ignorer le Web mais qui a une franchise Windows de plusieurs milliards de dollars à protéger. En bref, les trois navigateurs sont en passe de fournir des expériences Web très différentes.

Il y a sept ans quand tu as choisi Firefox 1.0 sur Internet Explorer, vous faisiez une déclaration et embrassiez le mouvement open source. L’année prochaine, si vous choisissez Firefox, vous découvrirez peut-être le Web d’une manière très différente d’IE et Chrome-toting compatriotes. Que ce soit une bonne chose ou non reste à voir.

Bouton retour en haut de la page