Ordinateurs

Cinq choses que j’ai apprises de Diablo III – High-teK.ca

Ce site peut gagner des commissions d’affiliation à partir des liens sur cette page. Conditions d’utilisation.

Qui a dit que les jeux éducatifs devaient être ennuyeux ? J’ai appris beaucoup plus que ce à quoi je m’attendais cette semaine grâce à la sortie de Blizzard Entertainment de Diablo III. Voici les cinq meilleurs morceaux…

1. Le jeu sur PC est bel et bien vivant

Il y a beaucoup à se plaindre de la façon dont Diablo IIILe lancement de a été géré (ahem, voir l’article suivant), mais une chose qu’il prouve est que les rapports sur la mort du PC en tant que plate-forme de jeu originale restent largement exagérés. L’une des raisons pour lesquelles tant de gens s’acharnent à exécuter des jeux sur des ordinateurs est le nombre de jeux qui ne sont pas conçus pour fonctionner sur eux. Ils sont conçus pour fonctionner sur des consoles et ordinateurs, ce qui n’est pas du tout la même chose et, du moins pour moi, n’est pas aussi amusant. (J' »aime » les jeux comme saleté 3 qui ne prennent pas en charge la souris de base, ou Batman : la ville d’Arkhamce qui vous donne aucun moyen de modifier les paramètres de détails graphiques dans le jeu.)

Mais quand un jeu comme Diablo, qui ne cache pas son parti pris pro-PC, il est toujours gratifiant de le voir devenir un succès. Cela renforce ce que, à un certain niveau, nous savons tous déjà : parce que tout le monde a déjà un PC quelconque, il n’y a pas de meilleur moyen pour tout le monde de jouer à tout. Cela signifie que la plupart (sinon tous) les joueurs sur console ne sont pas non plus laissés pour compte, ils n’auront qu’à poser leurs contrôleurs spécialisés pendant un certain temps. Ce n’est pas grave : étant donné ce que j’ai dû endurer de mauvaises traductions console-ordinateur au fil des ans, je pense qu’ils peuvent avaler un avant-goût de leur propre médecine. Et qui sait? Ils pourraient même découvrir que le jeu sur PC n’est pas si mal après tout.

Psssssst :  ExtremeTalk : Pourquoi n'utilisez-vous pas encore de SSD ? - ExtrêmeTech

Diablo III - 001

2. Exiger une connexion Internet fait le boulot du diable

Lorsqu’un jeu a le genre de relation entre les modes solo et multijoueur qui Diablo III a, certains problèmes vont naturellement se poser. Mais forcer le joueur à avoir une connexion Internet persistante est-il le seul moyen de les résoudre ? Je ne suis pas convaincu. Les malheurs des serveurs de Blizzard le jour du lancement étaient bien documentés et critiqués (comme ils auraient dû l’être), mais les problèmes ne s’arrêtent pas là. Il y a quelques jours, j’ai passé plus d’une heure à cartographier et à nettoyer une zone uniquement pour démarrer sans ménagement à cause d’un problème de serveur. Quand j’ai enfin pu reprendre le jeu environ 15 minutes plus tard, tous mes progrès avaient été effacés et j’ai dû recommencer à zéro.

Dans la grande échelle des tragédies technologiques, c’est assez loin là-bas, je l’admets. Mais voir votre expérience solo ruinée ou, pire, refusée à cause de quelque chose qui échappe à votre contrôle n’est pas amusant – et notamment parce que vous avez déjà payé pour le jeu, et ne méritez-vous pas de pouvoir y jouer chaque fois que vous vouloir? Je comprends que Blizzard a besoin d’une méthode pour protéger les joueurs des chagrins, mais il doit y avoir un meilleur moyen que cela. Serait-il difficile d’inclure un mode qui permet aux gens de jouer seuls sans se soucier du réseau plus vaste ? Vous pouvez même leur demander de se connecter lors du chargement du jeu, et la plupart des gens ne vont pas trop se plaindre. Mais l’idée que tout hoquet n’importe où le long de la ligne peut vous faire perdre du progrès et de la patience ne va pas être l’idée que la plupart des gens passent un bon moment. Forcer les joueurs à rester en ligne tout le temps peut résoudre certains problèmes, mais si cela en crée plus – et engendre de la mauvaise volonté en cours de route – est-ce vraiment une bonne solution ?

Psssssst :  Le nouveau microcontrôleur fonctionne sur les ondes radio et peut être reprogrammé sur le terrain - High-teK.ca

3. Vous n’avez pas toujours besoin d’une carte vidéo coûteuse

C’est quelque chose que je sais instinctivement, mais un rappel est toujours utile (surtout compte tenu de tout ce que j’ai écrit sur les cartes vidéo ces derniers temps). Bien que les jeux de tir à la première personne et les titres avec une action intense en plein écran bénéficient toujours d’un matériel discret de premier ordre, vous n’en avez pas toujours besoin – et, en fait, les grands titres vous permettent de vous débrouiller avec beaucoup moins. Diablo III est un excellent exemple, avec des Configuration requise (et seulement des composants recommandés légèrement plus sévères). Sur un matériel de moindre qualité, le jeu pourrait avoir des difficultés lors des attaques de hordes de zombies particulièrement importantes. J’ai constaté des performances bien supérieures à la moyenne, quel que soit le matériel vidéo que j’ai utilisé, sans avoir à me soucier autant des paramètres de détail.

Beaucoup de développeurs pourraient apprendre de l’exemple de Blizzard, à la fois sur World of Warcraft et ici : Une grande partie de la raison pour laquelle leurs jeux sont si populaires est que pratiquement tout le monde peut y jouer. C’est une réflexion intelligente, tant d’un point de vue commercial que technologique.

Page suivante: Deux autres leçons Diablo III m’a appris…

Bouton retour en haut de la page