Mobile

Apple se déplace pour exclure des partenaires en fabriquant ses propres écrans, puces

Ce site peut gagner des commissions d’affiliation à partir des liens sur cette page. Conditions d’utilisation.

(Photo : Angela Moscaritolo/PCMag)
Apple a toujours compté sur certains de ses plus grands concurrents pour les composants de ses appareils mobiles. Le plus notable est Samsung, sur lequel il s’appuie pour les écrans OLED de l’iPhone. Dans le même temps, Samsung est son plus grand adversaire sur le même marché. Cela a dû coller à la gorge d’Apple car, selon un nouveau rapport de Bloomberg, Apple va modifier cet arrangement en réalisant ses propres affichages. Cela n’arrivera pas de sitôt, mais ce sera un coup dur pour Samsung, LG et d’autres. Apple envisage également de construire ses propres puces sans fil, ce qui serait une mauvaise nouvelle pour Broadcom et Qualcomm. Dans l’ensemble, cela signale une décision plus large de Cupertino de produire davantage de ses propres composants et d’éliminer les tiers, comme il l’a fait avec Intel.

Apple utilise actuellement les écrans Samsung et LG pour l’iPhone, l’iPad et l’Apple Watch. Cependant, à partir de 2024 environ, il passera à des conceptions internes, selon le rapport. Apple achète également des écrans de Japan Display, BOE Technology et Sharp, selon à 9to5mac. Cependant, LG et Samsung subiront le poids de la décision d’Apple, car elle se concentre d’abord sur ses produits mobiles. Le premier produit à obtenir un écran Apple sera les «montres Apple haut de gamme» fin 2024. Toutes les montres Apple utilisent actuellement des panneaux OLED vraisemblablement fabriqués par LG, qui fabrique également des écrans pour l’iPhone 14 Pro et Pro Max.

Samsung serait responsable de plus de 80% des écrans utilisés pour la gamme iPhone 14. (Image : Pomme)

Quand Apple fera le changement, il passera également de l’OLED à la mini-LED. Cette technologie est censée être plus facile à voir sous un angle, ce qui la rend parfaite pour une montre et un téléphone. Il offre également des couleurs plus vives et les images semblent avoir été peintes sur la surface, selon les sources de Bloomberg. Ce déménagement est apparemment en préparation depuis de nombreuses années. Apple a initialement commencé à se pencher sur la mini-LED en 2018 dans le but de la proposer d’ici 2020. Le projet a été retardé en raison de coûts et de défis techniques, dont certains pourraient encore repousser son arrivée en 2025 environ. Bloomberg affirme également qu’Apple a « conçu son processus de fabrication » entièrement en interne.

À peu près à la même période fin 2024, Apple travaillerait également sur une toute nouvelle puce pour iPhone qui gérera le cellulaire, le Wi-Fi et le Bluetooth. C’est aussi selon à Bloomberg, notamment de Mark Gurman. Cette décision exclurait à la fois Broadcom et Qualcomm des activités d’Apple. Broadcom fabrique actuellement la puce Wi-Fi/Bluetooth et Qualcomm fabrique le modem. Apple présenterait d’abord son propre modem, en 2025, puis passerait ensuite à une conception tout-en-un. Il aurait voulu introduire son propre modem dès 2022, mais cela ne s’est évidemment pas produit.

Ces mesures sont conformes à la stratégie d’Apple de cesser de compter sur des partenaires pour les composants afin d’augmenter non seulement ses bénéfices, mais également ses performances. Reste à savoir ce que fera sa puce mobile trois-en-un par rapport à celles de Broadcom et Qualcomm. Mais personne ne peut contester les résultats du dumping d’Intel par Apple pour son propre silicium de classe M en 2020. Les familles de SoC M1 et M2 ont été un succès retentissant, ce qui a probablement incité Apple à déplacer davantage sa conception de silicium en interne. La question suivante est de savoir si Apple fabriquera ces puces elle-même ou utilisera une fab comme TSMC comme elle le fait actuellement.

Maintenant lis:

Bouton retour en haut de la page